Meeting de Villepinte: Aidons Nicolas Sarkozy à gagner les présidentielles de 2012 !

Que ce soit la première fois ou pas, un meeting c’est toujours quelque chose d’exceptionnel. On sent et ressent l’union, la passion, la galvanisation de militants partageant les mêmes convictions et se battant pour leurs concrétisations. Il y a cinq ans, Nicolas Sarkozy revendiquait le ‘ensemble tout devient possible’. Ce slogan, nous ne l’avons pas oublié. Nicolas Sarkozy est notre leader, notre capitaine, et notre rôle en tant que militant est d’essayer de porter ses idées, de le soutenir dans son action. Il ne faut pas croire, comme le résume parfois de manière réductrice la presse, que nous sommes, nous, militants politiques, un troupeau de moutons de panurges, soutenons tels des fans sans cervelle un candidat. Non ! Nicolas Sarkozy nous l’avons choisi. Il a su s’imposer à nous par son courage, par sa force, par ses idées… et nous sommes derrière lui aujourd’hui car nous croyons en lui et nous voulons l’aider dans la réalisation de son projet. Cette journée du 11 mars était déterminante dans la campagne. Elle visait à montrer notre rassemblement autour de notre candidat pour lui donner l’énergie de continuer. Militants, cadres et membres du parti… nous étions, là, à tous les échelons, derrière Nicolas Sarkozy comme l’a prouvé ce meeting.

Villepinte 11 Mars 2012

Villepinte 11 Mars 2012

A nous militants, on nous avait demandé de nous mobiliser. Alors, oui nous nous sommes levés un dimanche matin pour prendre des cars pour Villepinte, et, si certains accusaient peu d’heures de sommeil, nous étions quand même là en masse, habités par la passion de défendre notre vision de la France !
L’envie… Autre mot clé de la campagne de 2007 qui résonne dans nos têtes. Il y a cinq ans nous avions envie de voir Nicolas au pouvoir. Aujourd’hui nous avons tous envie de le voir rester. Et, dès notre arrivée sur place aux alentours de 9h30, cette envie générale était palpable. Jean-Pierre Raffarin jouait déjà les présentateurs et les personnalités se succédaient sur scène.

Nicolas Sarkozy devant près de 80.000 personnes

Nicolas Sarkozy devant près de 80.000 personnes

On a pu entendre Laurent Vauquier déclarant : ‘J’ai confiance parce que vous êtes là, parce que vous êtes cette France qui refuse l’assistanat’. Puis, c’est important à nos yeux car c’est notre élu de proximité, Jean-Pierre Raffarin a salué notre ministre Pierre Lellouche présent dans la salle… Plusieurs phrases ont fait sens pour nous… Quand Jean-François Copé a déclaré ‘Il y a d’un côté un parti socialiste en train de se partager un pouvoir qu’il n’a pas acquis et de l’autre un homme qui se bat avec un courage et une détermination sans faille’. Vrai ! Quand Hervé Morin a expliqué : ‘Je suis ici parce que la France de François Hollande, je n’en veux pas. Les socialistes n’ont pas intégré que le monde a changé et que nos économies sont interdépendantes’. Vrai ! Quand Valérie Pécresse a annoncé : ‘Je suis venue vous parler d’un homme qui n’a jamais reculé, qui a tenu bon’. Vrai ! Quand Jean-Pierre Raffarin a poursuivi :‘On veut nous faire croire que Nicolas Sarkozy est le problème. Il est la solution. La crise est là. Nous avons besoin de lui. La France que nous aimons doit être protégée. J’aime la France et c’est pour ça que je vote Sarkozy’. Nous aussi ! Quand François Fillon a continué : ‘Nicolas se présente tel qu’il est. Aucun président n’a fait l’objet d’un tel pilonnage. Jugez-le sur ses actes, sa capacité à affronter les crises, discernez sa part d’audace.’ Nous la discernons !

Nicolas Sarkozy au meeting de Villepinte

Nicolas Sarkozy au meeting de Villepinte

Dans la salle, au-delà des ténors de l’UMP, étaient également présentes quelques personnalités parmi lesquelles Emmanuelle Seigner, Enrico Macias, Jean d’Ormesson, Gérard Depardieu, Christian Clavier ou encore Didier Barbelivien… C’est important car, nous le savons, c’est ce genre de choses que les médias adorent relater. Mais, avouons-le, nous ne nous attendions pas forcément à une telle sincérité, car quand Gérard Depardieu est monté sur scène pour dire ‘ses 4 vérités’, nous n’avons eu qu’un désir, celui de l’applaudir très fort. Son discours a été concis, mais est allé droit au but : ‘Pourquoi je suis là aujourd’hui ? C’est que depuis que ce nouvel ami Nicolas Sarkozy, avec Carla Bruni, est au pouvoir, je n’entends que du mal de cet homme qui fait que du bien. Je suis là pour vous le dire. J’espère que tous ceux qui sont comme moi, qui n’ont pas trop de verbe, aient simplement un oui, qu’il soit franc et honnête pour lui.’

Autre moment très intense : la prise de parole et de position publique de Bernadette Chirac. Bien sûr, nous savions que l’ex-première Dame de France soutenait Nicolas Sarkozy, mais ce fut une très belle surprise de la voir monter sur scène, à 78 ans, pour le revendiquer haut et fort en ces termes : ‘Dans cette bataille, je me place résolument à ses côtés et c’est tout naturellement que je suis venue lui apporter mon soutien sans faille.’

Salle comble du parc des expositions

Salle comble du parc des expositions

Enfin le discours de Nicolas Sarkozy ! LE moment tant attendu ! En revenant de Villepinte, la radio du car branchée sur une fréquence info a annoncé la réaction du numéro 2 du PS Harlem Desir ‘Nicolas Sarkozy a prononcé un discours plein de caricatures mais vide de propositions.’ Choquant ! Vraiment ! Avons-nous écouté le même discours ? Où est la caricature ? Quand Nicolas Sarkozy a humanisé son rôle par ces paroles : ‘J’ai appris que le président de la République est plus attaqué, caricaturé, critiqué que ‘n’importe qui d’autre et qu’il fallait l’accepter’, ou celles-ci ‘Je vous demande de me croire : j’ai tout donné à la France. Pendant cinq ans, j’ai fait de mon mieux pour protéger les Français de toutes ces crises, pour que la France en sorte plus forte. J’y ai mis toutes mes forces. Je me suis engagé comme jamais je ne l’avais fait avant dans ma vie’. Est-ce ça la caricature ?

Quant au discours vide de propositions, il n’a pas du entendre les axes d’amélioration proposés pour une Europe plus forte comme par exemple : ‘Les accords de Schengen sur la libre circulation des personnes doivent être révises’ ou ‘La France demandera que « l’Europe se dote d’un « Buy European Act » sur le modèle du « Buy American Act » pour que les entreprises qui produiront en Europe bénéficient de l’argent public européen’. Harlem Desir voulait-il que Nicolas Sarkozy invente des propositions surréalistes sorties du chapeau comme François Hollande qui, rappelons-le a surpris tout le monde, surtout Jérôme Cahuzac le responsable du pôle budget et finance de son équipe de campagne, en proposant de relever à 75% le taux d’imposition des revenus supérieurs à un million d’euros par an ? Non, désolé Monsieur Desir, Nicolas Sarkozy n’est pas genre à proposer des mesures surréalistes. Sa trajectoire est droite, cohérente, réfléchie, murie. Ce dimanche, il nous a demandé ‘Aidez-moi. Nous avons deux mois pour faire triompher la vérité’, et demain, après-demain, mais aussi les jours à venir, nous l’aiderons du mieux que nous pourrons. Tel est notre engagement et nous le tiendrons pour que triomphe bien évidemment, non seulement la vérité, mais aussi la France forte, celle dont nous sommes et serons fiers

Vincent Baladi, délégué de circonscription.

Tags: , , ,