« Pourquoi la droite peut regagner Paris » : interview de J.F. LEGARET

Dans l’interview qu’il a accordée à l’hebdomadaire Valeurs Actuelles du 20 décembre, Jean-François LEGARET, président du Groupe UMPPA au Conseil de Paris, affirme sa conviction que « la droite peut regagner Paris » aux municipales du printemps 2014, pour plusieurs raisons et à certaines conditions.

Le leader de l’opposition municipale croît que la victoire de la droite est possible pour deux raisons :

  1. Une raison « structurelle » : les municipales seront les 1ères élections intermédiaires depuis l’accession de la gauche au pouvoir, un type de scrutin généralement défavorable aux responsables en place.
  2. Une raison « conjoncturelle » : Anne HIDALGO, actuelle première adjointe au Maire de Paris et candidate déclarée à la succession de celui-ci, non seulement devra assumer une campagne d’ « héritière » qui la privera de l’atout du renouvellement, mais encore sera concurrencée dans son propre parti et au sein de sa famille politique – le socialiste Jean-Marie LE GUEN et l’écologiste Cécile DUFLOT seront probablement aussi candidats.

Si M. LEGARET estime cette victoire possible, c’est à certaines conditions :

  1. D’abord, que la droite sache décrypter, avec pédagogie, le bilan en « trompe-l’œil » du Maire de Paris sortant. Le vernis « des paillettes et de la com » de M. DELANOË dissimule mal, en effet, les augmentations du nombre de demandeurs de logements sociaux (+ 20 000 depuis 2001), des impôts locaux (+35% entre 2009 et 2010), de la dette (qui atteint 3,2 milliards d’€) ou des embouteillages (Paris est devenue ville la plus embouteillée d’Europe) … !
  2. Ensuite, que l’UMP se réorganise et se mette en ordre de bataille dans chaque arrondissement. Le Maire du 1er arrondissement préconise pour cela l’organisation, dès le début de 2013, d’ « états généraux des militants » dans chaque circonscription parisienne.
  3. Enfin, que l’UMP élabore un programme d’alternance « responsable et audacieux », notamment sur les thèmes de campagne prioritaires : le logement, la fiscalité, la gestion, les transports et la propreté.

Lisez ici l’interview de Jean-François LEGARET.