1er arrondissement – Fermeture des voies sur berges rive droite : 10mn de trajet en plus de Concorde à Henri IV !

Alors que de grands travaux sont en cours au cœur de Paris (la Samaritaine, la Poste du Louvre, le Louvre des antiquaires, Les Halles, les théâtres du Châtelet et de la Ville), Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris, souhaite interdire dès cet été, dans la foulée de Paris Plage, la circulation automobile sur le tronçon compris entre le tunnel des Tuileries (Ier) et le port de l’Arsenal (IVe), à l’instar de ce qui a été fait en 2012 rive gauche entre le pont Royal et le pont de l’Alma.

Très vite nos élus ont dénoncé cette démarche autoritaire : « Vous allez faire vivre l’enfer aux riverains et aux automobilistes, qui vont devoir passer par le centre de Paris et donc emprunter les quais hauts, vous allez compromettre l’activité commerciale, en rendant extrêmement difficile l’accès des commerces aux clients et aux livraisons et enfin vous allez puissamment contribuer à augmenter la pollution au centre de Paris. Tout cela ne vous empêchera naturellement pas de dépenser de l’argent que vous n’avez pas, pour un projet à la fois inutile et néfaste. » a déclaré Pierre Lellouche, député de la 1ère circonscription.

Mercredi 24 Février, un grand nombre de Parisiens se sont rendus à l’auditorium du Forum des Images pour assister à la réunion publique d’information pour un moratoire au projet de fermeture des voies sur berges rive droite, organisée par Jean-François Legaret, aux côtés de plusieurs maires d’arrondissement (Florence Berthout (Ve), Jeanne d’Hauteserre (VIIIe), Philippe Goujon (XVe), Claude Goasguen (XVIe)) ; de notre député Pierre Lellouche et de Nathalie Kosciusko-Morizet, Présidente du groupe LR au Conseil de Paris.

Lors de cette réunion, le maire du 1er arrondissement a expliqué en quoi la fermeture des berges ne saurait être envisagée avant 2018 : « Tout le centre de Paris, et de l’agglomération, sera paralysé si cet aménagement, qui aggravera la pollution sur les quais hauts, est mis en œuvre » a-t-il déclaré, prédisant des embouteillages monstres. Pour un bon nombre d’élus, l’ensemble des arrondissements parisiens seront touchés par ce projet. Claude Goasguen par exemple, s’inquiète d’une fermeture de Paris sur elle-même.

Il est également à noter que selon la direction de la voirie de la ville, la piétonisation de la voie Pompidou à elle seule devrait faire passer le temps de parcours des automobilistes le soir, de Concorde (VIIIe) au quai Henri IV (IVe), de 13 à 24 minutes. À cela, Christophe Girard a rétorqué « Dix minutes de plus sur ce parcours, ça ne me paraît pas monstrueux ! » s’attirant les huées de toute la salle. « Il y a quand même une partie des gens qui bossent ! Moi, la semaine, je n’aurai pas le temps de me balader sur les quais bas », s’est exclamée une riveraine. Florence Berthout a, quant à elle, insisté sur le fait que Paris n’est pas seulement une ville touristique ou une ville-musée.

Lors de cette réunion, les élus ont également examiné l’impact d’un tel projet sur la sécurité publique, au regard des événements tragiques survenus en 2015. Plus que jamais il est important que les forces de police, les secours et les pompiers puissent se déployer rapidement dans Paris en cas d’attentat.