LA RESERVE OPERATIONELLE ET CITOYENNE

Décryptage(s)

Véritable travail à temps partiel ou engagement citoyen bénévole, la réserve constitue un réservoir de citoyens acteurs du monde de la Défense nationale.

La réserve militaire et citoyenne en quelques chiffres :

  • 51 000 militaires composent la réserve opérationnelle, entre le ministère de la défense et la gendarmerie ;
  • 3 680 réservistes citoyens œuvrent bénévolement (gendarmerie et Ministère de la Défense)
  • 1 000 réservistes opérationnels, c’est l’objectif des missions de protection pour 2018
  • +77 % c’est l’évolution du budget annuel dédié à la réserve de 2014 à 2018
  •  c’est le nombre de personnel féminin dans la compagnie de réserve du 2e REI (Légion Etrangère) !

« La défense ! C’est là en effet la première raison d’être de l’Etat » disait le Général de Gaulle. Et c’est en connaissance de cause que ce dernier parlait de l’esprit de défense. Oui, nous Français, sommes un peuple de combattants et d’insoumis. L’a-t-on oublié ? Ceux qui chassèrent les Anglais du continent grâce à la pucelle d’Orléans, ceux qui commirent le régicide de Louis XVI ou encore l’insurrection de la Commune de Paris sont bien nos ancêtres. Gaulois mais pas seulement ! Ainsi, nous, citoyens Français du XXIe  siècle, avons le devoir de garder et de faire perdurer cet esprit de défense si caractéristique de notre identité et de notre peuple. Ainsi, cette longue tradition républicaine qu’est le lien armée-nation, est la conséquence d’une conception de la défense nationale qui doit être l’affaire de tous les citoyens. Longtemps initié et instauré par le service national, cet esprit de défense a ensuite été promu par la Journée d’appel et de préparation à la défense, substitué finalement par la Journée défense et citoyenneté.

Aujourd’hui il est régulièrement question de réactiver la conscription pour quelques mois ou d’établir une garde nationale, d’après la volonté du Président de la République. Mais qu’en est-il ?

Sans chercher à polémiquer ou à débattre sur la sémantique administrative du terme, il est opportun de rappeler que cette dernière existe déjà ! Que ce soit pour les Armées de terre, de l’air, la Marine nationale, la Gendarmerie, le service de santé des armées, le service du commissariat des armées, le service des essences des armées, la délégation générale de l’armement ou encore la police, l’emploi des réservistes constitue une force d’appoint, une forme de garde nationale au service de l’Etat et des citoyens.

Notons que ce que nous appelons communément « la réserve » se décline sous différents aspects, de nature et d’emploi. Ainsi, cette dernière se compose de la réserve opérationnelle et de la réserve citoyenne de défense et de sécurité.

La réserve opérationnelle regroupe la réserve de premier niveau, RO1, qui est employée comme force d’appoint auprès des effectifs régimentaires d’actifs. Elle se compose d’anciens militaires, d’appelés du contingent ainsi que de civils ayant suivi une formation militaire adéquate.  Durant leur période d’activité, les réservistes opérationnels sont considérés comme des militaires à part entière. Ils ont donc un grade, sont soumis aux mêmes exigences, droits et devoirs que les militaires d’active. Ils peuvent également recevoir des décorations militaires et partir en opérations extérieures.

La réserve opérationnelle de deuxième niveau, RO2, se compose uniquement d’anciens militaires d’active. Ces derniers, ayant obligation de disponibilité pendant cinq ans après leur départ de l’institution militaire peuvent être employés en renfort de la RO1, pour des missions à caractère exceptionnel.

La réserve citoyenne de défense et de sécurité, constituée de volontaires, a pour objectif de consolider le lien armée-nation. Ses effectifs interviennent principalement dans le cadre d’actions de communication, de recrutement, de relations publiques et contribuent également au devoir de mémoire. Leur activité se concentre dans le monde de travail, l’éducation la jeunesse ou encore les collectivités locales.

Toutefois, contrairement à la réserve opérationnelle, les réservistes citoyens ne bénéficient d’aucune indemnité relative à leur engagement et n’ont pas de statut militaire lors de leur prise de fonction. Un grade attribué sur un insigne spécifique, purement honorifique, leur est néanmoins attribué en fonction de leurs diplômes et de leurs responsabilités dans le cadre civil.

Raphael ROUX pour le « 1er Cercle »

A voir aussi :

La réserve sanitaire, la réserve civile pénitentiaire, les réserves communales de sécurité civile, réserve citoyenne de l’éducation nationale, la réserve administration pénitentiaire.